100 millions Actions du Président….

Sidy Diallo ne touche pas cet argent. On invite des dirigeants, des journalistes… Qui paye ? Donc c´est avec l´argent que l´État vous donne que vous allez inviter vos dirigeants de clubs membres de la FIF AUTONOME et SOUVERAINE? Des journalistes qui appartiennent à des entreprises de presse privée et/ou publiques? Ces entreprises n´ont pas du budget pour couvrir ces évènements et augmenter leurs vente?

… Ce sont les actions du président. Oui, à la fin, ce sont ces enfants qui logent dans le même hôtel que les joueurs comme au Brésil lors du Mondial 2014 ( Sidy même l´a avoué lors de sa conférence bilan du mondial sans apporter la moindre preuve).

..Sidy Diallo travaille depuis 1980. Il emploie mille personnes. Malick Tohé a-t-il besoin de l’argent de la FIF ? On a construit nos vies avant d’arriver à la FIF. Abinan Pascal est le Dg des Impôts et un élu. Ezaley est le Maire de Bassam. J’ai 30 ans dans le privé. Nous faisons du bénévolat à la Fif. Du bénévolat? Et pourtant, vous bénéficiez d´une puce de l´opérateur de téléphonie qui sponsorise l´équipe de football de l´État de Côte d´Ivoire. Cela a un coût! un salaire indirect. En plus, dans les différents budgets des campagnes, nos bénévoles ont des perdiems à donner le tournis à plus d´un. Grâce à la Côte d´Ivoire, certains parmi les membres de la FIF sont membres de la CAF, FIFA et ont des primes pour leurs participations aux activités des instances du football.

Pour tout dire, vous n´exprimez pas votre passion gratuitement comme vous voulez nous le faire croire. Nous ne sommes pas dupes!

La FIF de Sidy Diallo et ses bilans qui n´arrivent jamais!

FIF_NewCrest

Éliminée en quart de finale par le Nigéria lors de la Coupe d´Afrique des Nations 2013 en Afrique du Sud, la Fédération Ivoirienne de Football dirigée par Sidy Diallo assumait sa responsabilité et promettait tirer les leçons de cette contre-performance. La FIF est même allée plus loin en promettant à la Côte d´Ivoire et à son gouvernement à travers son ministre des sports M Alain LOBOGNON des séances de travail afin de mener une réflexion sur le football ivoirien. Ce fut en février 2013!

Depuis plus rien, Sidy et son équipe ont continué jusqu´au mondial de Brésil 2014 avec son flambant et nouveau titulaire du parchemin d´entraîneur. Et rebelote!

Un extrait du communiqué de juillet dernier du Président Sidy: « La FIF assume la responsabilité de cette contre-performance, rassure les Ivoiriens sur sa détermination à tirer les leçons de cette non-qualification et à prendre toutes les dispositions nécessaires pour les futures échéances. Notamment, les éliminatoires de la CAN 2015 qui débutent dès septembre 2014. Elle entend, dans les prochains jours, faire au Gouvernement, aux Dirigeants de club et à l’opinion sportive nationale, le bilan complet de la participation des Eléphants au Mondial 2014″.

Si les dirigeants de club ont pu être « informé » ( selon les comptes rendus de la presse ivoirienne), le gouvernement et l´opinion sportive nationale sont toujours dans l´attente de ce fameux bilan complet de la participation des Éléphants au Mondial 2014. Nous avons même appris que l´émission télé à la RTI a même été annulée à la dernière minute. Dribble digne de Garrincha.

En lieu et place des bilans ( CAN 2013 et Mondial 2014) promis par Sidy et la FIF, c´est à une course de vitesse digne d´Usain Bolt ou de Cristiano Ronaldo que nous sommes entrain d´assister en ce moment pour récruter un sélectionneur/ entraîneur pour notre équipe nationale. Après un appel à candidature qui frise un amateurisme total. Même une PME aurait fait mieux dans l´annonce de l´offre en détaillant les critères. Au lieu de cela, tout est plus que flou comme la gestion actuelle du football ivoirien .

Côte d´Ivoire, voilà pays! Comme dirait l´acteur ivoirien Magnéto!

Sous Jean Brizoua-Bi, la Côte d´Ivoire a organisé sa première Coupe d´Afrique des Nations en 1984 et la FIF s´est dotée d´un siège moderne.

Sous Dieng Ousseynou, la Côte d´Ivoire a remporté sa première Coupe d´Afrique des Nations en 1992.

Sous Jacques Anouma, la Côte d´Ivoire participe consécutivement en 2006 et 2010 à la Coupe du Monde de Football en Allemagne et en Afrique du Sud .

Quel legs nous réserve Sidy Diallo à la fin de son passage à la tête de la FIF? Pour le moment, sa gestion et les résultats qui en découlent nous laissent entrevoir la mort certaine de notre foot.

Vivement un aggiornamento de notre football qui se meurt!

 

Dépité par nos députés ….

Kouadio Konan Bertin (KKB), député de Port-Bouët à l`Assemblée nationale et ex secrétaire général de la jeunesse du PDCI RDA s´est prononcé au cours d`une conférence sur des points de l`actualité politique ivoirienne: – son opposition à la nouvelle CEI – la visite de François Hollande et, – les élections 2015 Politique-KKB-PDCI-0003 Cette sortie de presse du 16 juillet dernier fait suite à la saisine du Conseil Constitutionnel en juin dernier par KKB et 28 autres députés, après que l´Assemblée Nationale de Côte d´Ivoire ait approuvé la composition de la Commission Électorale Indépendante ( CEI) en juin dernier. Le présent billet est le dépit que j´ai pour certains de nos députés. Nous n´insisterons pas sur la saisine du Conseil Constitutionnel qui est légitime. En effet, la constitution ivoirienne de juillet 2000 dans son article 77 autorise les députés ( le PANCI, un dixième au moins de députés ou un groupe parlementaire) à saisir le Conseil Constitutionnel avant la promulgation d´une loi. Par contre, les propos tenus par KKB extenso « mais dans une sorte d’aveuglement, le conseil a préféré valider la position du gouvernement, laissant toute entière la menace que fait planer sur nos compatriotes l’action future d’une commission à ce point déséquilibrée, structurellement partiale et en mission commandée pour un camp » ne sont pas dignes d´un pseudo démocrate, député de surcroît, qui ferait bien d´exposer à la Nation les raisons de son désaccord à la décision de notre Conseil Constitutionnel que de nous enfariner dans une prophétie malachite d´une autre époque récente de l´histoire de notre pays. Son conseil d´Avocats, s´il en a, pourra lui donner les éléments juridiques pour démonter la décision du Conseil Constitutionnel au lieu de descendre dans la gadoue. Hormis cette mise au point, j´ai été particulièrement impressionné par le paragraphe suivant de son intervention sur la visite du Président François Hollande et je cite  » Loin de ces pratiques d’un autre temps, nous souhaitons attirer l’attention de notre hôte de marque sur les attentes de nos compatriotes et de tous ceux qui vivent dans ce pays et l’aiment profondément. Toutes ces années de crise destinées à nous empêcher de prendre le gouvernail de notre avenir ont jeté nos populations dans une pauvreté sans nom. Les ivoiriens aspirent donc à: – la sécurité pour eux-mêmes et pour leurs familles, – la garantie de leurs libertés fondamentales, manger à leur faim c´est-à-dire trois (3) repas par jour, – se soigner – envoyer leurs enfants à l´école, – avoir un emploi, – avoir un logement. En un mot, satisfaire leurs besoins fondamentaux. Un vrai retour au degré zéro du progrès. C´est à cette Côte d´Ivoire martyrisée, ruinée, appauvrie mais debout et désireuse de se reprendre en main sous le leadership éclairé, imaginatif, volontaire et intègre d´une nouvelle équipe dirigeante que nous appelons clairement de nos vœux qu´il faudra que le Président français s´adresse. OUI, vous avez bien lu la liste des aspirations des Habitants de la Côte d´Ivoire égrenée par l´Honorable député KKB qui siège à l´Assemblée Nationale de Côte d´Ivoire depuis le 16 décembre 2011. Eh bien, le « Bréviaire de KKB » me gêne à plus d´un point et est l´objet de mon dépit car venant d´un député et il n´est pas le seul à claironner à longueur de journée dans les médias sur ces aspirations. Cher Houphouétiste (sic) KKB que peut le Président Hollande pour résoudre ton bréviaire? Il n´est pas député ivoirien, mais toi tu l´es. Dans la pratique que fait réellement KKB depuis trois ans qu´il siège à l´hémicycle? Qu´il ne nous dise pas qu´il vient de recevoir une révélation de « ces besoins fondamentaux » énumérés lors cette conférence de presse. L´article 71 de notre constitution fait cas des domaines de la loi que le député vote. KKB a-t-il pris la peine de parcourir le Règlement Administratif de l´Assemblée Nationale de Côte d´Ivoire depuis qu´il siège au Parlement de Côte d´Ivoire ? Ledit Règlement dans son Livre II Procédure législative, Titre I Procédure ordinaire, Chapitre I Projets et propositions, en son article 52 définit la proposition de loi est un texte introductif auprès du Bureau de l´Assemblée Nationale par un Député ou un groupe de Députés. Je prierais avec bienveillance le PAN SORO Guillaume et son Service de Communication, de bien vouloir rappeler à nos honorables députés qu´en plus de leurs activités politiques, il leur est demandé de faire des propositions de loi aillant dans le sens du Bréviaire de KKB. Dans la troisième partie de sa conférence de presse, KKB et le candidat qu´il soutient aspirent à gouverner la Côte d´Ivoire. Ce qui est légitime. Il s´agit des présidentielles de 2015. Voilà un député qui à ce jour, en ma connaissance, n´a pas été en mesure de faire une proposition de loi à l´Assemblée Nationale qui veut avoir un Candidat aux Présidentielles de 2015. Ton candidat est élu, tu as un poste ministériel, oseras-tu présenter des projets de loi? Ou auras-tu des nègres dans ton cabinet pour le faire? Ton poste actuel de député te donne la possibilité d´apprendre à rédiger des propositions. Que nenni! À nos honorables ( de tous les partis politiques de notre hémicycle) et autres élus politiques ( Maires, Conseillers Régionaux etc…) que nous regardons, entendons et lisons à longueur de journée parler de 2015, l´heure est au travail! Comme le fait quotidiennement le PRADO à travers les différents projets de loi que lui et son équipe gouvernementale déposent régulièrement sur la table des députés. Des projets de loi qui ont pour l´objectif principale l´amélioration du bien-être de la population ivoirienne. ADO a émis le vœu d´avoir un deuxième mandat. Depuis, il s´est remis au travail. Les actes sont visuels! On ne l´entend pas quotidiennement nous le dire comme vous nous qui rabâchez les oreilles à longueur de journée dès lors que vous avez une occasion! Cher Honorable KKB ( et aux autres font de même dans un autre registre), j´ose espérer ( la Côte d´Ivoire avec moi j´espère) qu´avant la fin de votre législature vous ferez des propositions de loi au gouvernement sur des points du Bréviaire de votre Honorable collègue KKB. Si je ne me trompe, depuis 2011, l´ANCI a reçu deux propositions de loi de la part de nos députés. Très peu dirais-je! Certes des lois existent, mais vous pouvez les améliorer avec le POUVOIR que la Constitution vous accorde. Ce n´est qu´ainsi que vous serez crédibles lorsque vous voudriez aspirer à gouverner la Côte d´Ivoire en 2015 ou plus tard. Il viendra le moment de justifier les émoluments que le contribuable vous accorde ainsi que tous les privilèges dû à votre rang: LE VOTE. Alors trêve de « vuvuzela » sur 2015, députés, maires, Présidents de Conseils Régionaux reprenez le travail car vous êtes très très en retard sur le programme que vous avez vendu à vos électeurs. À moins que vous ne nous ayez vendu des illusions. Mais premier gaou n´est pas gaou….

Drame au Plateau et Responsabilités

C´est avec stupeur que nous avons été informé du Drame survenu au Plateau à la fin du lancement des feux d´artifice.

Alors que le communiqué du Ministre de l´Intérieur indique que « les circonstances précises de cet évènement tragique font l’objet d’enquête par les services de sécurité », le profane a déjà situé les coupables.

Certains accusent déjà le Ministre de l´Intérieur, d´autres le Gouverneur du District.

En ces moments de consternation et de tristesse, ivoiriens et habitants de Côte d´Ivoire devrions d´abord être au recueillement, au reconfort et à la solidarité envers la famille des défunts et au soutien des blessés .

Que nenni! C´est à croire que les voeux formulés pour 2013 il y a tout juste quelques heures ont déjà été mis aux calendes grecques et les vieilles habitudes ont remis le couvert.

À quand ce véritable changement que nous proclamons tous les jours?

Sur ce drame,  nous parlerons des responsabilités lorsque nous aurons de plus amples informations sur les circonstances. À cet effet, les vidéos de surveillance présentent dans tout le périmètre nous permettrons d´en savoir davantage.

 

Us et Abus de Grève chez nous en Côte d´Ivoire!

Dans leur parution du 18 décembre dernier, la presse ivoirienne s´est fait l´écho d´une rencontre  tripartite (Ministère de l´Education Nationale et de l´Enseignement Technique, Chefs religieux et des syndicats de l´éducation- Formation) de quatre heures de médiation afin de:

– convaincre l’intersyndicale du secteur éducation-formation (Isef) à suspendre ou lever le mot d’ordre de sa grève illimitée annoncée pour le 14 janvier 2013 ;

– persuader le Syndicat national des enseignants du second degré (Synesci) à renoncer définitivement à la rétention des notes qui pénalise les élèves et parents d’élève ;

– sensibiliser la Coordination des enseignants du second degré de Côte d’Ivoire, tendance Coulibaly Mahassane, qui annonce également une grève générale le 8 janvier 2013.

Selon le Directeur de Cabinet du Ministère de l´Education Nationale et de l´Enseignement Technique, quatre problèmes font l´objet du mécontentement des enseignants du primaire et du secondaire.

De ses quatre revendications, trois relèvent du l´enseignement primaire :

1. Certificat d´Aptitude Pédagogique (88-92) pour un montant de 6,1 milliards  dont l´échéancier avec les syndicats eux-mêmes,  

2. Indemnités contributives au logement (passe de 30.000 F à 35.000 F depuis 2009) soit un reliquat de 5000 f pour chaque instituteur,

3. Effets financiers produits par la bonification indiciaire des instituteurs (50% payés en 2009),

Pour les enseignants du secondaire, il s´agit également du reclassement indiciaire soit le problème numéro 3 des instituteurs.

Pour ces quatre problèmes, des syndicats du monde de l´éducation menaçaient d´aller en grève en Janvier 2013 si le gouvernement ne procédait au paiement des 50%  restants ainsi que les arriérés de depuis 2009. Alors que la loi de finances de 2013 a été adoptée par notre Parlement en décembre dernier au vu et au su de tout le monde sans aucun syndicat ne dise mot.

C´est le lieu de rappeler que ces problèmes qui dataient de 2007 ont pu trouver un début de solution en 2009 avec le paiement de 50 % sans qu´à cette époque, ni les syndicats, ni le gouvernement d´alors n´aient daigné établir un échéancier pour le paiement des 50% qui auraient pu être payé en 2010 ou 2011.

Le nouveau gouvernement, afin de respecter la continuité de l´État bien qu´il s´agisse de mesures financières énormes pour un pays qui sort de crise, a décidé de respecter les engagements pris par le gouvernement précédent. Aussi a-t-il établi clairement le chronogramme ci-dessous :

1. Certificat d´Aptitude Pédagogique (88-92) pour un montant de 6,1 milliards  Échéancier conclu avec les syndicats eux-mêmes le premier tiers soit 2 Milliards déjà payés  en Juillet 2012, le second tiers payable en 2013 et le solde sera inclus dans le budget de 2014.

2. Indemnités contributives au logement (passe de 30.000 F à 35.000 F depuis 2009) soit un reliquat de 5000 f pour chaque instituteur. Le paiement dès janvier 2013.

3. Effets produits par la bonification indiciaire des instituteurs (50% payés en 2009).  25% payable en mars 2013 avec rappel des mois de janvier à mars 2013 et le solde des 25% restant inclut dans le budget de 2014.

4.Effets produits par la bonification indiciaire des enseignants (50% payés en 2009) : 25% payable en mars 2013 avec rappel des mois de janvier à mars 2013 et le solde des 25% restant inclut dans le budget de 2014.

En somme, l´État va rester devoir aux fonctionnaires la somme de 61,2 milliards au titre du Budget de 2014 car 42,6 milliards seront payés en 2013.

Nous sommes d´avis avec les enseignants que le droit de grève est un droit constitutionnel tel que stipulé en son Article 18 « Le droit syndical et le droit de grève sont reconnus aux travailleurs des secteurs public et privé qui les exercent dans les limites déterminées par la loi. »

Mais là où il m´est difficile de comprendre cette grève c´est lorsqu´un échéancier est bien établi et que la date indiquée pour la grève ne correspond à aucune exécution du premier échéancier.

C´est le lieu également de rappeler à nos enseignants que l´accès à l´éducation est un droit constitutionnel pour les fils et filles de ce pays et donc un devoir pour nos chers formateurs. En effet, l´Article 7 de notre Constitution indique que « Tout être humain a droit au développement et au plein épanouissement de sa personnalité dans ses dimensions matérielle, intellectuelle et spirituelle.  L’État assure à tous les citoyens l’égal accès à la santé, à l’éducation, à la culture, à l’information, à la formation professionnelle et à l’emploi… »

C´est également le lieu de rappeler à tous ceux qui vont en grève d´accepter le droit à la différence (cf. art. 10 de la Constitution) et de permettre à ceux des collègues qui ne veulent pas la soutenir d´exercer leur fonction avec normalité.

Je salue donc la Ministre de l´Éducation Nationale et de l´Enseignement Technique qui ne fait que rappeler ce que les grévistes pourraient encourir. Il ne s´agit nullement d´une menace, mais plutôt d´une Lapalissade. Car il s´agit de l´application de la loi en la matière.

Étant donné que le salaire est la rétribution du travail accompli, j´irai même plus loin pour suggérer un article du code du travail où il serait fait mention d´une ponction du salaire et autres retentions fiscales et sociales au prorata du nombre de jours non travaillé par le gréviste. En 2007, certains corps de la Fonction Publique ont vu leur salaire réduit de 50% pour seulement trois jours de grève.

Toute minute, heure ou journée non travaillée tant au public qu´au privé est une perte énorme pour les caisses de l´État, des entreprises de même que pour les habitants de Côte d´Ivoire qui sont censés recevoir les services des travailleurs et après on s´étonne que ce même État ne soit en mesure de respecter ses engagements sociaux.

Tel est mon COUP DE GUEULE en cette nuit de la NATIVITÉ où je demande à mes concitoyens de faire leur AGGIORNAMENTO car Le TRIOMPHE DE L´ÉLÉPHANT ne va pas se décréter en 2020, mais il s´acquerra par le TRAVAIL de Tous et de TOUTES dans l´UNION et la DISCIPLINE en Côte d´Ivoire!

Dissolution du Gouvernement en Côte d´Ivoire: Us et Abus de quelques parlementaires

Alors que le débat sur le non cumul des mandats électifs et nominatifs suivait sa troisième journée consécutives sur les réseaux sociaux, nous avons dû mettre en berne ledit débat, pour commencer à spéculer sur le scoop du jour: la dissolution du gouvernement du Premier Ministre Jeannot Ahoussou Kouadio formé le 13 mars 2012 juste après la publication des résultats des législatives en Côte d´Ivoire.

En effet, ce gouvernement a été formé en prenant en compte la représentativité des partis politiques présents à l´hémicycle.  D´où vient-il donc qu´alors nous ne nous y attendions le moins, le Président de la République annonce la dissolution du gouvernement?

Nous reprenons in extenso les propos rapportés par  l´AFP:

Le secrétaire général de la présidence, Amadou Gon Coulibaly, a ensuite expliqué devant la presse que cette dissolution faisait suite à des dissensions au sein de la majorité, qui réunit principalement le Rassemblement des républicains (RDR) de M. Ouattara et le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) de l’ancien président Henri Konan Bédié.

Durant l’examen d’un projet de loi sur le mariage, mardi en commission à l’Assemblée nationale, le groupe parlementaire PDCI et celui d’un petit parti allié, l’UDPCI, ont voté contre le texte du gouvernement.
« Cela pose donc un problème au niveau de la solidarité à l’intérieur de l’alliance et du soutien de l’alliance » au gouvernement, a souligné M. Coulibaly.

Les raisons de la dissolution du Gouvernement sont-elles recevables pour le citoyen lambda? N´est-ce pas un coup d´épée dans l´eau?

Chacun aura à apprécier de la décision. En tant que simple citoyen, non expert de la politique, j´estime que les raisons évoquées sont plus qu´anodines et le Président de la République a bien fait de dissoudre ce gouvernement.

En effet, comme je l´indiquais plus haut, le gouvernement du Premier Ministre Jeannot Ahoussou Kouadio est la résultante des sièges que chaque parti politique a obtenu lors des législatives. En tant qu´homme de parole, le Président de la République qui lors du deuxième tour des Presidentielles avait promis au PDCI que si le groupement politique qu´il représentait, c´est-à-dire le RHDP l´emportait, la primature reviendrait au PDCI. Rappelons que durant l´entre deux tours le programme du Gouvernement du candidat Alassane Ouattara a été revu par le RHDP. Autrement dit, le RHDP s´appropriait ce programme de gouvernement et s´engageait à le mettre en oeuvre.

Bien entendu,  la mise en oeuvre de son programme de gouvernement nécessitant la révision de certaines lois, les ministres sont donc tenus de se présenter devant la nation à travers ses représentants à l´hémicycle pour présenter les projets de loi, faire des amendements si possible et les voter. Fort donc de cela, la Commission des Affaires Générales et Institutionnelles (CAGI) présidée par Mme Affousy Bamba a reçu la Ministre déléguée à la Justice, Mme Matto Loma Cissé accompagnée de la Ministre de la Famille, de la Femme et de l’Enfant (issue du PDCI) le 13 novembre dernier pour présenter le projet de loi portant abrogation de l’article 53 et modifiant les articles 58, 59,60 et 67 de la loi N° 64-375 du 07 octobre 1964 relative au mariage, telle que modifiée par la loi N°-800 du 02 août 1983.
Sur les 34 membres présents, 16 députés votent pour l’amendement, quand 17 autres s’insurgent contre et 1 abstention a été enregistrée.

Dans le paysage politique ivoirien, si l´un a été surnommé « Le BOULANGER » pour sa roublardise et son non-respect de la parole donnée,  le résultat de ce vote vient marquer définitivement un nouveau groupe de politiques qui pratiquent l´« INCESTE POLITIQUE« . Inceste parce que métaphoriquement parlant, il s´agit d´une  relation mal venue entre entités très proches. En effet, ce sont en partie des membres du PDCI qui votent contre un projet de loi présenté par des ministres issus de leur rang ( surtout la Ministre de la Famille issue du PDCI, alors que M. Loma Cissé est déléguée du Premier Ministre PDCI). Et également de députés UDPCI membres du RHDP. Autrement dit, ils ont osé faire ça à leur parti et aux électeurs qui leur ont fait confiance.

J´aurais compris ce refus d´amendement du projet de loi s´il s´agissait de députés non issus du RHDP.

C´est le lieu d´interpeller nos honorables députés du RHDP sur la nécessité de bien lire ou relire (c´est selon) le programme de gouvernement ( il doit même être leur livre de chevet) pour lequel les électeurs les ont désignés afin de les représenter à l´hémicycle et de faciliter l´application du « Vivre ensemble » du Président de la République qui est la vision de la Côte d´Ivoire jusqu´en 2015 pour le moment.  Cette vision doit être celle de la majorité qui doit nous permettre d´atteindre l´émergence à l´horizon 2020. Et cette émergence passe par l´égalité des genres. Si notre pays a ratifié les traités internationaux sur le genre comme l´a rappelée la Ministre de la Famille, ce n´est pas certains honorables qui vont nous empêcher de mettre à jour notre législation.

Par extension, nos hommes politiques doivent apprendre à respecter la parole donnée. Sinon à cette allure, nous ne sommes pas encore sortis de l´auberge après toutes les critiques qui ont plu sur l´ancien pouvoir.

En passant, je n´oublie de rappeler que notre caravane du #nonaucumul des mandats électifs et/ou nominatifs suivra son cours.

C´était mon coup de gueule citoyen,