FINI L´ÉTAT-PROVIDENCE DANS LE SPORT EN CÔTE D´IVOIRE!

Sory Diabate

 

Le financement de l´équipe nationale revient à l´État de Côte d´ivoire disait M Sory Diabaté Vice-président de la FIF ( Fédération Ivoirienne de Football) lors de sa conférence de presse du 22 décembre dernier pour éclairer l´opinion.

En effet, cette énième sortie du vice-président de la FIF n´est rien d´autre qu´une fuite en avant d´Augustin Sidy Diallo et son équipe dirigeante. Vouloir s´opposer coûte que coûte à son ministère de tutelle, en présentant un budget prévisionnel de 3.5 milliards pour la participation des éléphants à la CAN 2015 à Malabo.

Que la FIF se détrompe lorsqu´elle dit qu´une campagne de presse les fait apparaître comme des « voleurs, coupeurs de bourses ». Par contre, Sory Diabaté a bien raison de dire que le FOOTBALL MODERNE A SES EXIGENCES. Et ses exigences du sport en général, et du football en particulier, confirment la fin de l´État-providence que nous appelons de tous nos vœux dès 2015.

Notre argumentation s´articulera autour de deux axes: la fin de l´Etat providence dans le monde du sport et le bon usage des ressources que génèrent le sport.

  1. De la fin de l´État Providence dans le monde du sport

Il est temps pour notre monde sportif en général et particulièrement pour le football de comprendre que l´État Providence est terminé. C´est le lieu de rappeler que les années 90 et ses différents plans d´ajustements structurels ont marqué la fin de l´État Providence dans plusieurs d´activités de notre société. Malgré cela, ces secteurs ont su faire face à la nouvelle réalité du pays et ont su s´adapter. Néanmoins, l´État Providence a continué à exister dans le domaine du sport. Et sans risque de nous tromper, nous pouvons affirmer que le football constitue, à lui seul, près de 90% des milliards de franc CFA que l´État de Côte d´Ivoire a versés au monde sportif.

La loi Lobognon ( toute première Loi sur le Sport en Côte d´Ivoire depuis notre État est indépendant) adoptée par la majorité de notre Assemblée Nationale en décembre 2014 vient à point nommer pour sortir de l´amateurisme dans lequel baignait le monde du sport en Côte d´ivoire. Des fédérations sportives ivoiriennes qui crient à l´ingérence dès que la tutelle leur demande des comptes sur l´utilisation de l´argent qu´elles reçoivent.

Sory Diabaté nous dit que le texte sur le financement des équipes nationales existe sans nous montrer un quelconque décret, circulaire etc. Si ce texte existe réellement qu´il nous le montre afin que l´opinion soit située. Dans le cas contraire, cette pratique qui est devenue une norme de nos fédérations sportives doit disparaître dès fin décembre 2014. J´en appelle au civisme du Ministre Lobognon sur ce point.

L´enveloppe du portefeuille « subventions » peut servir à constituer un important patrimoine immobilier (infrastructures sportives) pour le Ministère de la Promotion de la Jeunesse, des Sports et Loisirs afin que toute la population ivoirienne puisse en bénéficier. Hormis le taekwondo ivoirien qui va se doter d´une salle qui lui appartient, les autres fédérations ne disposent d´aucun bien immobilier propre alors que les sponsors frappent aux portes de nos fédérations.

2 . De l´usage des ressources générées par le sport

Comme l´affirmait Sory Diabaté, le football moderne a ses exigences. D´une part, les entreprises qui veulent avoir une bonne visibilité de leurs produits et/ou services associent leur image à celles des équipes de sport tels le football et à ses athlètes en y investissant des milliers de millions de francs CFA. La FIF de Sidy Diallo refuse que la Côte d´Ivoire veuille voir clair dans ses contrats sponsoring en brandissant le bouclier de l´autonomie. C´est le lieu de rappeler à la FIF , que les plus de dix sponsors ( dont je ne ferai la publicité ici ) qui apparaissent sur leur site web n´ont pas signé avec notre équipe nationale de football grâce aux canons de beauté de Sidy Diallo et son équipe. Encore moins à leurs capacités managériales. Non, non et non!!! C´est d´abord parce que ces sponsors ont des activités commerciales en Côte d´Ivoire. Ces entreprises investissent dans le football grâce à l´apport des consommateurs ivoiriens qui achètent leurs produits et services. Si ces sommes n´étaient pas investies dans le football, lesdites entreprises les auraient été reversées comme impôts après déduction de leur bénéfice d´exercice à l´Etat de Côte d´Ivoire. Ce qui aurait aider le gouvernement à financer les secteurs prioritaires tels l´éducation, la santé, les infrastructures routières et payer le salaire des Agents de la Fonction Publique etc. En outre, l´équipe nationale de Côte d´ivoire est constituée de athlètes d´ivoiriens comme l´exige l´instance suprême de la FIFA. Autrement dit, la FIF ne peut pas utiliser des joueurs ivoiriens pour avoir de gros contrats de sponsoring, puis nous narguer en arguant que la FIF est une institution autonome. La FIF ne vient pas de Mars ni de Jupiter mais plutôt d´un espace de la planète Terre appelé Côte d´Ivoire. Une partie de la somme de nos égéries du football qui associent leur image à notre pays et à ces entreprises doivent leur être versée comme primes. Nos athlètes ne doivent pas être la vache à lait de la FIF. Donc, toute somme reçue, au nom de ce pays et ou d´un citoyen de ce pays, doit faire l´objet d´une gestion saine et transparente. Le pays a sa dignité qui est au-dessus de la dignité de Sory Diabaté et compagnie.

D´ailleurs, les dirigeants de clubs ne disent pas autre chose. Voici une fédération à qui ses membres réclament une Assemblée Générale depuis longtemps. Aucun bilan n´est fait depuis au moins deux ans. Et cela n´émeut nullement les partisans de Sory Diabaté et al. qui disent que le football moderne a ses exigences. Il ne s´agit pas seulement de demander des milliards à l´État, mais il s´agit aussi de faire le bilan financier des sommes que la fédération reçoit. Malheureusement, les exigences du football moderne n´interviennent que lorsqu´il faut établir un budget de participation à une CAN ou à une Coupe du Monde. Dès cet instant, nos experts du football moderne s´invitent dans l´élaboration du budget avec des chapitres vraiment modernes comme « actions du président » (sic)! Eh Côte d´Ivoire, voilà pays!

Ces bilans financiers des saisons précédentes demandés par les dirigeants de clubs à l´équipe dirigeante ont provoqué le retard dans le démarrage de la nouvelle saison. Le dégât collatéral de ce fait a été la mauvaise préparation du Séwé Sport de San Pedro pour la Coupe de la CAF qu´il a d´ailleurs perdu. Vous avez dit agir contre l´intérêt du pays mais pour des intérêts égoïstes!

Si Sory Diabaté et la FIF ne veulent pas apparaitre pour la postérité comme des « voleurs, coupeurs de bourses » ( l´expression est de Sory himself) qu´ils gèrent tout franc reçu de l´État et des sponsors dans la transparence.

J´ai dit.

 

Publicités

Dépité par nos députés ….

Kouadio Konan Bertin (KKB), député de Port-Bouët à l`Assemblée nationale et ex secrétaire général de la jeunesse du PDCI RDA s´est prononcé au cours d`une conférence sur des points de l`actualité politique ivoirienne: – son opposition à la nouvelle CEI – la visite de François Hollande et, – les élections 2015 Politique-KKB-PDCI-0003 Cette sortie de presse du 16 juillet dernier fait suite à la saisine du Conseil Constitutionnel en juin dernier par KKB et 28 autres députés, après que l´Assemblée Nationale de Côte d´Ivoire ait approuvé la composition de la Commission Électorale Indépendante ( CEI) en juin dernier. Le présent billet est le dépit que j´ai pour certains de nos députés. Nous n´insisterons pas sur la saisine du Conseil Constitutionnel qui est légitime. En effet, la constitution ivoirienne de juillet 2000 dans son article 77 autorise les députés ( le PANCI, un dixième au moins de députés ou un groupe parlementaire) à saisir le Conseil Constitutionnel avant la promulgation d´une loi. Par contre, les propos tenus par KKB extenso « mais dans une sorte d’aveuglement, le conseil a préféré valider la position du gouvernement, laissant toute entière la menace que fait planer sur nos compatriotes l’action future d’une commission à ce point déséquilibrée, structurellement partiale et en mission commandée pour un camp » ne sont pas dignes d´un pseudo démocrate, député de surcroît, qui ferait bien d´exposer à la Nation les raisons de son désaccord à la décision de notre Conseil Constitutionnel que de nous enfariner dans une prophétie malachite d´une autre époque récente de l´histoire de notre pays. Son conseil d´Avocats, s´il en a, pourra lui donner les éléments juridiques pour démonter la décision du Conseil Constitutionnel au lieu de descendre dans la gadoue. Hormis cette mise au point, j´ai été particulièrement impressionné par le paragraphe suivant de son intervention sur la visite du Président François Hollande et je cite  » Loin de ces pratiques d’un autre temps, nous souhaitons attirer l’attention de notre hôte de marque sur les attentes de nos compatriotes et de tous ceux qui vivent dans ce pays et l’aiment profondément. Toutes ces années de crise destinées à nous empêcher de prendre le gouvernail de notre avenir ont jeté nos populations dans une pauvreté sans nom. Les ivoiriens aspirent donc à: – la sécurité pour eux-mêmes et pour leurs familles, – la garantie de leurs libertés fondamentales, manger à leur faim c´est-à-dire trois (3) repas par jour, – se soigner – envoyer leurs enfants à l´école, – avoir un emploi, – avoir un logement. En un mot, satisfaire leurs besoins fondamentaux. Un vrai retour au degré zéro du progrès. C´est à cette Côte d´Ivoire martyrisée, ruinée, appauvrie mais debout et désireuse de se reprendre en main sous le leadership éclairé, imaginatif, volontaire et intègre d´une nouvelle équipe dirigeante que nous appelons clairement de nos vœux qu´il faudra que le Président français s´adresse. OUI, vous avez bien lu la liste des aspirations des Habitants de la Côte d´Ivoire égrenée par l´Honorable député KKB qui siège à l´Assemblée Nationale de Côte d´Ivoire depuis le 16 décembre 2011. Eh bien, le « Bréviaire de KKB » me gêne à plus d´un point et est l´objet de mon dépit car venant d´un député et il n´est pas le seul à claironner à longueur de journée dans les médias sur ces aspirations. Cher Houphouétiste (sic) KKB que peut le Président Hollande pour résoudre ton bréviaire? Il n´est pas député ivoirien, mais toi tu l´es. Dans la pratique que fait réellement KKB depuis trois ans qu´il siège à l´hémicycle? Qu´il ne nous dise pas qu´il vient de recevoir une révélation de « ces besoins fondamentaux » énumérés lors cette conférence de presse. L´article 71 de notre constitution fait cas des domaines de la loi que le député vote. KKB a-t-il pris la peine de parcourir le Règlement Administratif de l´Assemblée Nationale de Côte d´Ivoire depuis qu´il siège au Parlement de Côte d´Ivoire ? Ledit Règlement dans son Livre II Procédure législative, Titre I Procédure ordinaire, Chapitre I Projets et propositions, en son article 52 définit la proposition de loi est un texte introductif auprès du Bureau de l´Assemblée Nationale par un Député ou un groupe de Députés. Je prierais avec bienveillance le PAN SORO Guillaume et son Service de Communication, de bien vouloir rappeler à nos honorables députés qu´en plus de leurs activités politiques, il leur est demandé de faire des propositions de loi aillant dans le sens du Bréviaire de KKB. Dans la troisième partie de sa conférence de presse, KKB et le candidat qu´il soutient aspirent à gouverner la Côte d´Ivoire. Ce qui est légitime. Il s´agit des présidentielles de 2015. Voilà un député qui à ce jour, en ma connaissance, n´a pas été en mesure de faire une proposition de loi à l´Assemblée Nationale qui veut avoir un Candidat aux Présidentielles de 2015. Ton candidat est élu, tu as un poste ministériel, oseras-tu présenter des projets de loi? Ou auras-tu des nègres dans ton cabinet pour le faire? Ton poste actuel de député te donne la possibilité d´apprendre à rédiger des propositions. Que nenni! À nos honorables ( de tous les partis politiques de notre hémicycle) et autres élus politiques ( Maires, Conseillers Régionaux etc…) que nous regardons, entendons et lisons à longueur de journée parler de 2015, l´heure est au travail! Comme le fait quotidiennement le PRADO à travers les différents projets de loi que lui et son équipe gouvernementale déposent régulièrement sur la table des députés. Des projets de loi qui ont pour l´objectif principale l´amélioration du bien-être de la population ivoirienne. ADO a émis le vœu d´avoir un deuxième mandat. Depuis, il s´est remis au travail. Les actes sont visuels! On ne l´entend pas quotidiennement nous le dire comme vous nous qui rabâchez les oreilles à longueur de journée dès lors que vous avez une occasion! Cher Honorable KKB ( et aux autres font de même dans un autre registre), j´ose espérer ( la Côte d´Ivoire avec moi j´espère) qu´avant la fin de votre législature vous ferez des propositions de loi au gouvernement sur des points du Bréviaire de votre Honorable collègue KKB. Si je ne me trompe, depuis 2011, l´ANCI a reçu deux propositions de loi de la part de nos députés. Très peu dirais-je! Certes des lois existent, mais vous pouvez les améliorer avec le POUVOIR que la Constitution vous accorde. Ce n´est qu´ainsi que vous serez crédibles lorsque vous voudriez aspirer à gouverner la Côte d´Ivoire en 2015 ou plus tard. Il viendra le moment de justifier les émoluments que le contribuable vous accorde ainsi que tous les privilèges dû à votre rang: LE VOTE. Alors trêve de « vuvuzela » sur 2015, députés, maires, Présidents de Conseils Régionaux reprenez le travail car vous êtes très très en retard sur le programme que vous avez vendu à vos électeurs. À moins que vous ne nous ayez vendu des illusions. Mais premier gaou n´est pas gaou….

Qu´est-ce qu´un citoyen qui doit faire la preuve, à chaque instant de sa citoyenneté?

Qu´est-ce qu´un Citoyen qui doit faire la preuve, à chaque instant de sa citoyenneté? s´interrogeait le sociologue français Pierre Bourdieu.

Il y a quelques jours, j´initiais une nouvelle rubrique dans mon blog intitulée « Ma Lucarne Citoyenne » avec trois billets introductifs de concepts clefs qui faisait de quelqu´un citoyen/ citoyenne d´un pays ou d´une Nation. Ces trois concepts clefs (pour une définition succincte, vous pourrez accéder avant de revenir à cet article ci) qui donnent le statut de citoyen sont:

– la citoyenneté,

– le civisme et

– la civilité

Ces dernières  semaines, l´actualité de notre chère patrie est en grande partie composée d´attaques lâches perpétrées de part et d´autre de nos frontières Est-Ouest de même qu´en interne ( les attaques de Duekoué, Abengourou et Agboville). Cependant, l´attaque la plus médiatisée est celle des postes de contrôle du Camp Militaire d´Akouédo à Abidjan ( le plus grand camp de la Côte d´Ivoire).

Alors que le pays devait recevoir la compassion de son peuple et venir à son chevet pour tenter de résoudre ce problème, des personnes et/ou de groupes de personnes régulièrement constituées y ont trouvé un moyen de s´adonner à leur pratique favorite: la danse de sorciers dont elles sont seules détentricent de la chorégraphie et de la partition.

D´une part, celles-ci s´adonnent à coeur joie dans la narration de ces attaques comme s´ils s´agissaient de journalistes de guerre. En mon humble connaissance, la Côte d´Ivoire ne compte pas de journalistes de guerre. D´où vient-il donc que ces personnes décrivent habilement les attaques et la supposée progressions des troupes ennemies dans la prise des différentes villes cibles. Ils s´en jactent même en vantant le mérite de ceux qui ont pris les armes contre leur pays.

D´autre part, une illustre personnalité qui se définirait comme une autre alternative politique et qui a antérieurement joué un rôle de premier plan a eu l´ »audace » de trouver une justification à la fragile situation sécuritaire de la Côte d´Ivoire en catégorisant les éventuels fauteurs de troubles en trois groupes:

– le premier groupe serait des EX-FRCI déçus et frustrés, 

– le second groupe identifié comme dangereuse est constituée supplétifs issus des jeunes combattants recrutés à tout va au moment où il a fallu que les FN se préparent à la bataille d’Abidjan et,

– le dernier groupe à risque est composé personnes issues des groupes d’autodéfense et autres miliciens de l’ancien régime.

Il est à noter que dans cette classification subjective en aucun moment apparaît la liste des militaires et autres partisans politiques de l´ex président qui se sont retrouvés hors du pays,et/ ou qui résident en Côte d´Ivoire et ne perdent aucune occasion pour dire que le pouvoir actuel « va chuter à tout moment ». D´ailleurs, des « prophéties » ont été abondamment relayées annonçant le déluge sur la Côte d´Ivoire au grand bonheur des partisans du président déchu.

À l´opposé de ce groupe non citoyen, incivique et incivil, il y a un autre groupe de citoyens qui fait la preuve à chaque instant de leur citoyenneté. En essayant, selon les moyens dont ils disposent, de rétablir la quiétude et la sécurité dans notre pays. Ces moyens sont essentiellements leurs écrits et leurs convictions qu´ils communiquent sur les réseaux sociaux, principalement twitter. C´est le lieu de leur adresser la reconnaissance de l´État dans leur élan quotidien de réduire les manipulations, les désinformations, le lavage de cerveau et autres rumeurs qui y sont véhiculés par les non citoyens, inciviques manquants de civilités.

Notre PAN, Guillaume Kigbafori Soro, par ses actions quotidiennes, son engagement au côté du PR , du Haut Commandement militaire et du gouvernement, tente d´apporter son expérience et son expertise dans le cadre d´un règlement définitif et durable de la sécurité sur le territoire ivoirien. Nous l´avons vu suite à l´attaque des postes de contrôle d´Akouédo. Puis plus tard, l´audience qu´il a accordé au Ministère de l´Intérieur Hamed Bakayoko.

Il ne pouvait en être autrement car il s´agit de la deuxième personnalité du pays et, qui plus est, élu du peuple et Président de l´Institution qui légifère, vote les lois de la Côte d´Ivoire. Et veuille donc à son application. Quoi de plus normal que ce citoyen civique et de civilité par l´exemple soit à la manoeuvre avec les moyens que lui confère la loi afin de tranquiliser ceux qu´il représentent à la tête du Parlement: la population ivoirienne sans exclusive.

Ses actions, au lieu de bénéficier du soutien unanime et sans équivoque de tous, sont entrain d´être remises en question par des motivations dont seuls les initiateurs connaitraient les tenants et aboutissements desdites manoeuvres.

C´est le lieu d´interpeller chacun et chacune de nous. Certes, l´un des rôles régaliens de l´Etat est d´assurer la sécurité des biens et des personnes (citoyens et résidents) de la Côte d´Ivoire, mais il est aussi du devoir du citoyen de permettre l´applicabilité de ce rôle régalien dans la stricte application de l´article 9 de notre Constitution qui stipule que:

« la liberté de pensée et d´expression, notamment la liberté de conscience, d´opinion religieuses ou philosophique sont garanties à tous, sous la réserve du respect de la loi, des droits d´autrui, de la sécurité nationale et de l´ordre public.

Autrement dit, si cette liberté de pensée et d´expression s´est muée en libertinage de pensée et d´expression pour ces personnes et groupes de personnes qui attaquent notre pays et ses institutions, alors le respect de la loi, des droits d´autrui, de la sécurité nationale et de l´ordre public s´appliqueront,  n´en déplaisent aux donneurs de leçons ou autres organisations dites civiles qui en ce moment sont muettes comme des carpes et observent une loi d´omerta sur les agissements de ces personnes. Mais après feront ressortir le refrain de « justice des vainqueurs »

Si tu penses être citoyen (e), rappelle-toi que tu ne l´es pas à cause de celui ou celle qui est au pouvoir, mais plutôt citoyen(e) de Côte d´Ivoire : pays qui a des lois envers lesquelles nous avons des devoirs et des droits, que nous devons respecter, et avoir du respect envers l´autre selon les lois, les normes et les coutumes qui régissent notre pays.

Citoyennement,