Député de Port-Bouet avec ses bureaux à Cocody!

Nous travaillons pour servir uniquement l’intérêt des Ivoiriens disait Konan Kouakou Bertin ( Député de Port-Bouet) lorsqu´il recevait Konaté Navigué ( Président de la Jeunesse du Front Populaire Ivoirien)  dans ses bureaux de Cocody II-Plateaux ( in Notre Voie du 04 juin 2014)

Oui, vous avez bien lu. Il est député de Port-Bouet mais il a ses bureaux aux II- Plateaux (Sic!). Et ils sont nombreux nos cherss élus, qui comme KKB, ont leur bureau à Cocody au lieu de les avoir dans leur circonscripion électorale respective.

Eh bien, si notre honorable KKB veut véritablement servir uniquement l´intérêt des ivoiriens et principalement ceux de Port-Bouet qu´il représente à l´Assemblée nationale, c´est le lieu de commencer à se chercher un local à Port-Bouet afin de s´y installer. Ainsi, il pourra être plus proche de ses concitoyens pour les écouter, répondre à leurs préoccupations et apporter des clarifications sur les lois qui lui sont présentées à l´Assemblée Nationale. Jusque-là, notre très cher Honorable KKB ( ès-jeune) n´a pas encore introduit de proposition de loi ( jeunesse, social, emploi, éducation) visant à réduire les problèmes de Port-Bouet représentatifs de ceux de la Côte d´Ivoire.

Il en va de même de tous les autres élus sans exclusive qui ont leur bureau à Abidjan , ou hors de leur circconscription électorale qu´ils fuient comme la peste.

Très chers honorables et élus, il y a du travail au pays. Le gouvernement fait sa part, il vous appartient de faire la vôtre. Ce n´est qu´ainsi que la population ivoirienne dira que vous travaillez pour servir uniquement l’intérêt des Ivoiriens et non pour plaire aux individus.

Sinon, depuis votre élection ( législative, municipale, conseil régional), vous faites très très peu pour votre circonscription . Par contre, vous êtes prolixes dans l´arène avec vos prises de position et nous avons le sentiment que vous ne cherchez qu´à plaire aux individus. 

Publicités

Autochtones, allochtones, allogènes… les vieux démons sont de retour!

« Le maire, c’est le chef de terre, donc seuls les autochtones devraient y avoir droit ». C´est l´une des perles de l´Honorable (sic!) Kouadio Konan Bertin (communément appelé) KKB Député de Port-Bouët à l´Assemblée Nationale de Côte d´Ivoire lors de la Campagne pour les élections locales à Diégonefla le 7 avril dernier.

Dans sa parution du 13 avril 2013, l´Intelligent d´Abidjan  rapporte les explications du Ministre Guikahué qui tente de dédouaner les propos de KKB mais s´enfonce avec lui dans ce bourbier ethnocentriste:

…. Il a dit que toutes les communautés se retrouvaient dans ce que Houphouët faisait. Il a évoqué la géopolitique. Et il est allé plus loin pour dire que les postes de députés étant une représentation nationale, que des communautés qui ont émigré vers d’autres cieux, si on dit de partager les postes de députés, lui n’y voit pas d’inconvénient. Cependant, il trouve que le maire étant le nom européen du chef du village. Alors il aurait souhaité, pour qu’il y ait la cohésion et l’harmonie dans la cité, que dans chaque zone, ce soit des propriétaires terriens qui gèrent la mairie pour éviter des frustrations. Il a dit que pour la libation, chaque peuple a sa façon de faire. Chez les Gouro, les Bété, les Baoulé, les Malinké etc. chacun a sa façon et sa période de libation. Et il a ajouté que “nous les Baoulé, nous avons beaucoup bougé à travers le pays. Nous sommes partout. Ce n’est pas parce que nous sommes nombreux à Oumé que nous allons revendiquer le poste du maire d’Oumé. Si nous prenons tous les postes, les Gouro ne vont pas vouloir faire la libation. Ils risquent même d’invoquer les mânes contre vous et tout ce que vous aller entreprendre va échouer”. Ce qui signifie pour lui que pour qu’il ait la cohésion sociale et le développement, il faut que ce soit un fils de la région qui soit maire, par contre pour les députations, tout le monde peut être député, parce qu’on n’est pas député d’une circonscription, mais de la Nation….

Pour rappel, KKB est militant du PDCI (Parti Démocratique de Côte d´Ivoire). Fils d´un couple mixte originaire de l´Ouest et du Centre de la Côte d´Ivoire.  Il est député de Port-Bouët ( Quartier d´Abidjan au Sud de la Côte d´Ivoire) élu sous la bannière RHDP ( Rassemblement des Houphouetistes pour la Démocratie et la Paix)  afin de favoriser la mise en oeuvre du Programme Vivre Ensemble du Président Alassane Ouattara.  Et l´écouter tenir de tels propos, m´écoeure et me révolte. C´est à croire, qu´il oublie le martyr que le Peuple de Côte d´ivoire  a  souffert durant ces dernières décennies. Si notre Honorable est à court d´arguments pour son candidat et/ ou son parti, qu´il arrête de tourner le couteau dans la plaie. Trop c´est trop!

On ne peut aspirer à Vivre Ensemble pour un construire une Nation émergente en tenant de tels propos.

Il n´ y a pas d´explication qui vaille à ces déclarations très graves qui émanent en plus d´un représentant du Peuple.

Une excuse publique de KKB et Guikahué s´imposent dans leur tentative d´expliquer l´inexplicable.

À  KKB, à Guikahué et tous ceux qui pensent ainsi de se référer aux articles 30 et 33 de la Constitution de Côte d´Ivoire:

Article 30

La République de Côte d’Ivoire est une et indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure à tous l’égalité devant la loi, sans distinction d’origine, de race, d’ethnie, de sexe et de religion. Elle respecte toutes les croyances. Son principe est le gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple.

Article 33

Le suffrage est universel, libre, égal et secret. Sont électeurs dans les conditions déterminées par la loi, tous les nationaux ivoiriens des deux sexes âgés d’au moins dix huit ans et jouissant de leurs droits civiques et politiques.

Nulle part dans notre constitution, encore moins dans le Code Électoral Ivoirien , il n´est dit que les collectivités locales doivent appartenir à de soi-disant autochtones.

Ces replis sectariste et nanoidentitaire ( autochtone, allochtone, allogène) doivent être bannis de nos habitudes  si nous voulons réellement bâtir UNE NATION avec UNE IDENTITÉ.

Tel est mon coup de gueule sur cette campagne pour les élections locales où des candidats pataugent dans la gadoue.