La Civilité

Dans les précédents billets introductifs de Ma lucarne citoyenne, je me suis attelé à définir de façon succincte les concepts de citoyenneté et de civisme. L´un des éléments distinctifs du civisme était la civilité. Troisième concept objet du présent billet

Du latin civilitas, sociabilité, courtoisie, lui-même issu du latin civis, citoyen, le terme civilité désigne donc l´ensemble des règles et des comportements de la vie en communauté tels que la politesse, la courtoisie, le savoir-vivre et le savoir-être. La civilité, c´est le caractère pacifique qu´une personne adopte dans ses relations avec autrui, notamment dans la façon d´entrer en contact, et du respect que l´on a pour son interlocuteur. Elle montre également l´appartenance à une même communauté, communauté humaine au minimum. Le mot civilité est cependant peu utilisé, tandis que son contraire, incivilité, est de nos jours beaucoup usité.

Au pluriel, les civilités sont les actes et les paroles qui sont considérés comme des témoignages de politesse : faire des civilités. Elles sont fondées sur le respect et la reconnaissance d´autrui et sont appropriées aux différentes situations sociales. D´ailleurs, le monde de la politique et de la diplomatie font beaucoup usage de cette expression. Le président d´une institution qui va faire ses civilités au Président de la République avant un voyage hors du pays, ou un Ambassadeur (à son arrivée et/ ou avant son départ) va faire ses civilités au Président de la République.

Un autre concept important lorsqu´on parle de civilité est l´incivilité qui comme nous l´indiquions précédemment est beaucoup plus connue. Il apparaît dans les années 90 en Afrique avec le vent de démocratie qui souffle sur le continent et la quête de multipartisme dans nos pays. L´incivilité a un rôle dans le sentiment d´insécurité et de rupture de lien social ainsi que dans les dégradations des biens publics et privés.

Autrement dit, l´incivilité est le manque et/ ou la négation de civilité.

C´est donc un comportement qui ne respecte pas les règles de la vie en société comme la politesse, le respect d’autrui, la courtoisie, l’ordre public, c’est-à-dire ce qu’on attend d’un individu « normalement civilisé ». Autrement dit, une incivilité est une action ou une parole contraire à la civilité.

A la faveur de la crise postélectorale et jusqu´à ce jour, des actes d´incivilités sont constatés quotidiennement en Côte d´Ivoire.

Cette lucarne citoyenne est donc le lieu de rencontre et d´échanges  d´idées de tous ceux qui voudraient désapprendre. Oui désapprendre ! Car il s´agit de tourner définitivement le dos à tout ce qui n´est pas de la citoyenneté, du civisme et de la civilité. Certes, c´est une tâche ardue pour l´être humain de se départir de certaines habitudes ancrées en soi. Mais il nous appartient dans nos actes de tous les jours de remettre au goût du jour ces concepts qui ont une fois fait la fierté de notre pays et qui, si nous nous engageons nous permettrait d´être comptable des nouvelles pages de l´histoire de notre pays qui sont en train de s´écrire de façon durable. C´est également l´occasion de démontrer à nous mêmes que nous sommes en mesure de savoir vivre en symbiose dans la communauté à laquelle nous appartenons et accepter les lois qui la régissent.

Car comme le dit si bien la devise de Saint- Xandre (petite ville française) entre le XIVe et le XVIe siècle, « les hommes passent, la nation demeure »

Civilement,

Publicités

Vous avez dit civisme!

Ah le civisme, voici un autre concept élémentaire de la vie en société qui est plus que galvaudé sous nos tropiques. Chez nous en Côte d´Ivoire, nous disposons d´un ministère dont l´une des attributions est le Service Civique. Probablement, parce que notre peuple manque de civisme. Eh bien, une étude empirique nous situerait sur notre niveau de civisme. Et entrevoir la co-construction d´une société plus civique que celle de nos jours.

Etymologiquement, le civisme provient du latin civis qui signifie celui qui a droit de cité, citoyen.

Selon le Larousse (j´aurais bien voulu cité l´un des Petits K….. et/ou L……. comme Le Petit Robert que @JusticeJFK et moi sommes entrain de mettre en page mais il est encore en préparation), le civisme est :

– l´attitude d’attachement à la communauté nationale et à ses institutions et de participation régulière à ses activités, notamment par l’exercice du droit de vote (un exemple parmi tant d´autres).

– la priorité donnée par le citoyen aux intérêts de la nation sur ses intérêts particuliers.

Autrement dit, le civisme désigne le respect, l´attachement et le dévouement du citoyen pour son pays ou pour la collectivité dans laquelle il vit. Cela s´applique particulièrement à l´institution qui représente cette collectivité, à ses conventions et à ses lois.

Dans le jargon populaire, on dirait donc le civisme c´est lorsque quelqu´un est dévoué pour l´intérêt public, pour la « chose publique ».

Pour que cela soit, le civisme nécessite une « conscience politique » et implique la connaissance de ses droits en tant que citoyen ainsi que de ses devoirs vis-à-vis de la collectivité.

En somme,  le civisme, qui est l´état du citoyen respectueux de ses devoirs et des principes collectifs, se distingue :

– de la citoyenneté qui n´est que la condition de citoyen (cf. article précédent sur la citoyenneté)

– de la civilité qui relève du respect des autres dans les rapports privés.

La civilité sera l´objet de notre prochain billet introductif pour boucler la boucle de ma lucarne citoyenne avant d´engager des débats sur des sujets qui ont alimenté la vie sociale de notre politique ces dernières semaines (frais d´inscription à l´Université, débarquement d´un cadre d´une haute fonction publique).

Civiquement,